Voyance Catielle

   Voyance accueil   Voyance   Voyance gratuite   Voyance privée   Médium   Horoscope   Témoignages   Liens   Contact

Art divinatoire

Les cartes

Art divinatoire

Astrologie

Yi-king

La géomancie

Cafédomancie

Chiromancie

Cartomancie

Radiesthésie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Géomancie

La géomancie est une technique de divination basée sur l'observation de cailloux ou d'objets jetés sur une surface plane ou posés dans un espace donné. Il peut aussi s'agir d'une divination par l'observation d'éléments disposés dans la nature sans intervention humaine.

Les oracles géomantiques sont basés sur une série de figures, chacune composée de quatre lignes de points, pairs ou impairs.

Note : des missionnaires chrétiens parcourant la Chine au XIXe siècle ont indûment traduit la notion de feng shui, pan important de la pensée chinoise, en « géomancie », « traduction » qui a eu cours pendant des décennies, en français et dans d'autres langues occidentales. Mais cette confusion de vocabulaire a quasiment disparu depuis les années 1970, l'appellation originelle de feng shui étant désormais employée de façon quasi-exclusive en Occident, si l'on se réfère aux titres des nombreux ouvrages publiés sur le sujet.

Il existe une version africaine qui est en fait la base du Vaudou à travers le dieu FA ( ou Ifa ) dieu de la divination. Dans cette version, on considère 256 figures ( ensemble de doublet de quadruplet ( Fa a 16 fils qui ont chacun 16 fils à leur tour). Il semble que plus que de divination, il s'agit d'une système très élaboré de pédagogie supporté par le dieu Fa et quelques autres divinités ( Lêgba, Gû, Hêbiesso... moins d'une dizaine ) à destination de peuples qui n'avaient pas d'écriture et chez qui tout doit reposer sur la mémoire. À noter qu'à ces divinités se superposent les dieux proprement animistes. L'ouvrage le plus objectif sur la géomancie africaine serait celui de Bernard Maupoil.

Le terme est directement issu du bas latin geomantia (« divination par la terre ») emprunté au grec γεωμαντε?α. Il est rapporté, sous la forme jomansie au début du XIVe siècle, notamment dans une des relations de voyages de Marco Polo (chapitre CLXXIV du Devisement du monde alias Le Livre des merveilles du monde). Le terme était toutefois connu antérieurement, puisqu'il apparaît ensuite en français, vers 1333, sous la forme geomancie dans la traduction manuscrite du Miroir Historial de Vincent de Beauvais rédigée par Jean de Vignay à la demande du roi de France Philippe VI de Valois et de sa femme Jeanne de Bourgogne.

Les 16 figures

x
x
x
x

Via
(La Voie)

x
x
x
x   x

Cauda draconis
(La Queue du Dragon)

x
x
x   x
x

Puer
(Le Jeune Garçon)

x
x
x   x
x   x

Fortuna minor
(La Fortune Mineure)

x
x   x
x
x

Puella
(La Jeune Fille)

x
x   x
x
x   x

Amissio
(La Perte)

x
x   x
x   x
x

Carcer
(La Prison)

x
x   x
x   x
x   x

Laetitia
(La Joie)

x   x
x
x
x

Caput Draconis
(La Tête du Dragon)

x   x
x
x
x   x

Conjunctio
(La Conjonction)

x   x
x
x   x
x

Acquisitio
(Le Gain)

x   x
x
x   x
x   x

Rubeus
(Le Rouge)

x   x
x   x
x
x

Fortuna Major
(La Fortune Majeure)

x   x
x   x
x
x   x

Albus
(Le Blanc)

x   x
x   x
x   x
x

Tristitia
(La Tristesse)

x   x
x   x
x   x
x   x

Populus
(Le Peuple)

Les noms latins des seize figures sont traditionnellement employés, dans la géomancie « occidentale », depuis le Moyen Âge, parallèlement avec leur traduction dans la langue profane en usage dans le pays où est interrogé l'oracle.

Technique

Les usagers de cette méthode de divination procèdent habituellement à un « tirage » de quatre figures, selon différentes techniques (jet de dés, de pièces, séparation de tas de cailloux, etc.).

Une méthode de tirage consistait par exemple à aligner, sur le sable, quatre lignes superposées de points tracés au hasard, puis de faire de décompte de chaque ligne de points. D'une ligne impaire résultait un point unique, et d'une ligne paire un point double. Cette méthode est encore utilisée de nos jours, dans une version « adaptée », où le medium trace sur le papier quatre lignes de points pour en faire ensuite le décompte.

Ces quatre premières figures sont en général appelées les « Quatre Mères », et d'elles découlent, par un système complexe de report de points, les onze autres figures de l'oracle. Ces quinze figures sont réparties en douze « maisons », deux « témoins » (droit et gauche) et un « Juge ».

Certains adeptes de cette technique divinatoire y ajoutent une seizième « maison », le « Subjudex » ou « la Sentence », obtenue à partir de la combinaison du « Juge » et de la « maison I ». Cette « maison » surnuméraire n'est habituellement pas dessinée sur le graphique des quinze « maisons » classiques.

La geomancie

   

            

 

                                                                                                         Asteldis Copyright © 2008                       Plan du site   Infos légales    

 

Remonter en haut de la page