Voyance Catielle

   Voyance accueil   Voyance   Voyance gratuite   Voyance privée   Médium   Horoscope   Témoignages   Liens   Contact

Nos dossiers

   Astrologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                      Que représente le karma ?

 

Le Karma est un dogme issu de la religion boudhiste qui a particulèrement intéressé les astrologues.

C'est le principe fondateur de toute destinée humaine.

 

Pour comprendre le karma, il faut partir du principe fondamental du bouddhisme : le « moi » n'existe pas, l'être humain est partie intégrante et indissociable d'un grand tout. Éphémère, il est appelé à disparaître, comme tous les autres éléments de l'univers.

Karma et astrologie

Certains astrologues ont adhéré au dogme du karma : selon cette théorie, notre thème, ainsi que ceux de tous les êtres passés, présents ou futurs, serait le reflet de l'état humain, qui s'insère dans une série infinie d'autres états. Le macrocosme représentant le miroir du microcosme, l'astrologie tendrait à révéler les tendances karmiques propres à l'état humain et à son actuel conditionnement, ainsi que les possibilités dont il dispose pour se libérer de ce conditionnement.

Les tendances karmiques

Nous croyons en l'idée d'un moi que nous souhaiterions éternel et immuable parce que nous avons soif d'exister, de nous perpétuer, d'acquérir. Bref, de ne pas mourir. Ce décalage entre nos aspirations et la réalité est cause de souffrance et produit les tendances karmiques, c'est-à-dire une série de réactions négatives en chaîne, où nos actes sont motivés par l'avidité, l'ignorance et la peur de cette réalité. Victimes de notre attachement, nous subissons un cycle infini de réincarnations plus ou moins heureuses: le « samsara ».

Une responsabilité individuelle et collective

Selon le principe du karma, nous sommes condamnés à nous réincarner éternellement, et la nature positive ou négative de notre vie future sera le produit de nos actes et intentions présents ou passés. La leçon principale du bouddhisme reste donc que nous sommes seuls res­ponsables de notre destinée. Notre karma est la matrice dont nous sommes issus : nous recueillons en héritage ses bons et mauvais fruits. Le karma n'est pas un pro­cessus isolé : notre entourage subit les conséquences de notre mauvais karma et nous subissons les effets de karmas environnants. Au-delà du karma individuel, il existe en effet un karma de groupe, de famille et, même, de pays. Le karma est le créateur du monde, dont nous sommes les expérimentateurs. Dans ce corps défini, il y a le monde, les origines du monde et la voie qui mène à l'extinction du monde (Bouddha). Cela signifie que, par nos productions karmiques, les actes, paroles et pensées, nous nous engageons sans cesse dans la construction et la reconstruction de ce monde et d'autres mondes après celui-là. Des actes vertueux peuvent conduire à un état meilleur, mais, même de bonnes actions, tant qu'elles sont sous l'influence et la dépendance de l'attirance, la répulsion et l'illusion, contribuent à la création et à la préservation d'un monde de souffrance. Le processus de réactions en chaîne ne peut être brisé que par la compréhention et la moralité, sinon nous restons condamnés à la réincarnation éternelle.

La réincarnation

Pour le bouddhisme, lors­qu'un être meurt, la conscience modelée et conditionnée par les tendances karmiques transporte ces dernières dans son voyage vers l'au-delà. La conscience cherche alors à s'associer de nouveau à une incarnation pour retrouver une existence qu'elle se refuse à quitter. Au cours de ce processus, elle essaie de trouver un corps et un environnement familiers, c'est-à-dire reflétant son propre état karmique  au  moment de  la mort   physique.  Tout   le monde ne renaît pas dans le corps humain. Le karma accumulé de certaines consciences les   entraîne   vers   d'autres conditions.   Pour  le  bouddhisme, il existe six conditions : trois inférieures (habitants   des   enfers,  esprits,  animaux) et trois supérieures  (hommes, demi-dieux, dieux).

La libération, ou « éveil »

Nous avons toujours le choix d'une condition meilleure : le cycle éternel de souffrance peut être interrompu, si nous commençons par comprendre la vraie nature de notre karma et de notre rapport avec le monde. Cettecompréhension nous motive pour faire prédominer un bon karma dans notre vie. Plus cette compréhension s'approfondira, plus elle nous permet­tra de nous défaire de nos attaches karmiques pour nous tourner vers le but ultime de l'action : la fin du cycle de réincarnation et notre libération finale de la condition humaine, ce que le Bouddha nomme l'éveil.

 

Karma

 

            

 

                                                                                                         Asteldis Copyright © 2008                       Plan du site   Infos légales    

 

Remonter en haut de la page