Voyance Catielle

   Voyance accueil   Voyance   Voyance gratuite   Voyance privée   Médium   Horoscope   Témoignages   Liens   Contact

Voyance Catielle

Qui suis-je ?

Interview voyance

Déontologie voyance

Newsletter

Partenaires

Remerciements

 

 

 

 

 

 

Voyance Catielle

Interview de Nicolas Benoit pour le magazine "Astral voyance"

La rédaction : Bonjour Catielle, afin que nos lecteurs vous connaissent mieux, pourrions-nous en savoir un peu plus sur vous ?

Catielle : Bien sûr, je répondrai à vos questions avec toute la sincérité qui me domine. Que voulez-vous savoir ?

La rédaction : Et si nous commencions par votre âge ?

Catielle : Ce détail ne fut pas toujours des plus facile à aborder, compte tenue du fait que j'ai commencé la voyance par téléphone assez jeune. Au début, lorsqu'on me le demandait, j'avais toujours la crainte de perdre ma crédibilité. On perçoit souvent une voyante comme étant d'un âge très mûr, le châle sur la tête et la boule de cristal, tout ce que je ne suis pas. J'ai 32 ans et je suis balance ascendant bélier.

La rédaction : Vous dites avoir commencé jeune la voyance ? Peut-on avoir plus de précisions sur votre parcours dans cet univers ?

Catielle : Lorsque j'avais 11 ans, donc enfant, je faisais les cartes dans la cour de récré. A l'aide d'un simple jeu de 32 cartes, je répondais aux questions des copines. Certes, je prenais cette pratique bien plus pour un jeu ou de la « frime », d'autant plus que mes cartes me parlaient. Mais les années passant, les questions devenaient de plus en plus adultes, sérieuses et mes voyances se précisaient aussi de plus en plus. J'ai consulté 3 médiums différents qui me prédisaient tous trois que je deviendrais voyante dans le futur, c'était selon eux, ma destinée. C'est à l'anniversaire de mes 18 ans, qu'un couple d'amis m'a offert « l'oracle de la triade ». Pendant des années, je tirais les cartes à mes amis(es), puis c'est à 25 ans que j'ai pris la décision d'en faire mon métier.

La rédaction : Vous faites part du tirage de cartes. Mais n'êtes-vous pas médium ?

Catielle : Oh si, je suis médium, mais j'avoue que j'ai eu beaucoup de mal à y croire, l'admettre et le dire. Je pense que c'est des restes encore présents. ( sourires )

La rédaction : Pourtant on est médium ou on ne l'est pas. Pourquoi du mal à y croire ?

Catielle : Durant des années, mon instinct me parlait mais j'attendais les flashs. Certainement influencée par la télé qui nous présente ce genre de phénomène comme un film qui passerait devant nos yeux. Puis un jour j'ai lu « le livre des médiums » d'Allan Kardec. Ce livre me fut révélateur de ce que je suis. J'ai découvert qu'il y avait différentes formes de médiumnité. En l'occurrence, je suis médium auditif. Pour être plus claire, j'entends, comme une voix indescriptible qui me dicte ce qu'il faut et ne faut pas faire. Qui va me décrire un personnage, une situation passée, présente ou à venir. Quand aux cartes, par curiosité, je me suis intéressée à nombre de jeux dans mon passé, mais aucun n'a su me parler comme l'a fait l'oracle de la triade. Parfois, je suis moi-même surprise de ce qu'il peut me renvoyer comme informations sur le consultant. Alors, s'il m'est autant fidèle, je lui suis aussi fidèle.

La rédaction : Pour reprendre cette notion de prédictions, de ce que vous entendez. Pourriez-vous nous parler du déroulement de vos voyances ?

Catielle : Mes consultations s'effectuent par téléphone. J'y ai trouvé un équilibre ainsi et surtout après avoir tenté la voyance en cabinet, je suis bien plus à l'aise loin de toute influence. Etre face au consultant, c'est aussi être face à ses regards, ses mimiques, ses émotions, tout ce qui pourrait être grandement utile à certains mais qui pour ma part, me dérange. Lorsque je démarre une voyance par téléphone, je demande le prénom de la personne, sa date de naissance et j'aspire à aucune autre information, si ce n'est sa question.

Je ne veux pas être influencée par ce qu'attend le consultant.

Alors je regarde la condition présente.

Prenons un exemple de question sentimentale. Je situe en premier temps la situation du consultant ( marié ou pas , en couple, seul, ses attentes, amoureux ou pas etc .. ) En découle obligatoirement les raisons de cette situation présente c'est-à-dire le passé. La voyance, c'est avant tout les facultés de voyager dans le temps et dans l'âme de l'Homme.

C'est ainsi que j'arrive à la question effective qui aura mené le consultant à moi. Et j'aborde alors le futur.

La rédaction : On lit souvent que le pouvoir des médiums est de faire revenir l'être aimé par exemple, que pensez-vous de la magie ?

Catielle : Si pour ma part la magie existe bien, il n'est pas du ressort d'un médium de jouer les « entrefaites » ... d'ailleurs, je pars du principe que ce qui est écrit dans notre destinée doit se réaliser, notre libre arbitre étant de choisir le chemin qui nous mène à Rome et non Rome.

Le plus désolant est de constater que nombre de personnes faisant appel à la voyance sont dans le désarroi, la peine ou le malheur. Par conséquent deviennent facilement les proies de personnes peu scrupuleuses prétendant pouvoir les sortir de leur destinée en offrant des manipulations occultes ou du magnétisme, qui bien souvent coûtent une fortune et n'en sont même pas. Lorsque l'on consulte un voyant, ce n'est ni plus ni moins pour savoir ce que sera le devenir de notre destinée, comment l'aborder au mieux pour ne pas s'y faire mal et non pour changer les évènements !

D'autant que si l'on écoute le discours des manipulateurs d'occultisme, le fait de pratiquer la magie nous met face au danger de recevoir le malheur en retour.

Je suis contre ce genres de pratiques et tous ceux qui me consultent depuis longtemps connaissent mon avis sur le sujet. J'irais même jusqu'à dire que c'est une des discussions qui me fâchent.

La rédaction : Pour revenir sur le sujet de vos consultations, j'ai cru comprendre qu'il y avait deux manières de vous joindre, en voyancess privées et en consultations par Audiotel. Pourriez-vous expliquer ce qu'est une consultation gratuite par audiotel ?

Catielle : Effectivement, je consulte les après midi sur un serveur Audiotel. Plus précisément un numéro commençant par le 08 .

Pour être plus explicite, c'est un système géré en parti par France Télécom, qui permet aux personnes d'obtenir une voyance sans CB puisqu'elles ne paient que le coût de la communication, c'est-à-dire : 0.34 cts la minute prélevés sur leur facture de téléphone. La loi prévoit que la communication est interrompue au bout de 30 minutes, une façon de protéger le consommateur d'un quelconque abus de communication.

Ainsi, lorsqu'un consultant compose mon numéro en 08, il se retrouve sur un serveur qui lui permet un choix de « voyants » présents à ce moment là. Dès son choix effectué, ce dernier entre en consultation publique à moins que le voyant sélectionné ne soit déjà en communication, alors il attend son tour en écoutant la voyance en cours.

C'est un système très apprécié par mes consultants, ça leur permet d'écouter d'autres consultations et les conseils donnés pour des situations qui se rejoignent souvent dans la vie de l'Homme.

La rédaction : J'ai souvent entendu parler de ce genre de procédé, mais il a aussi été dit que les consultations que l'on entend seraient des enregistrements ? Est-ce vrai ?

Catielle : J'ai effectivement entendu parler de ce genre de ... j'appellerais cela « escroquerie » !

D'ailleurs et sauf erreur de ma part, c'est interdit par laloi ! Je n'ai jamais opéré ainsi !

On entend aussi parler des « gains de temps » ... tenir « le client » un maximum de temps pour qu'il paye un maximum ! Toutes mes consultations sont de l'instantané et du vrai. Pas de gain de temps... S'il m'est donné une réponse en 1 minute, je l'apporte dans l'instant.

Entre nous, j'oeuvre avec l'équipe d'Alpha Médium Voyance, une équipe de voyants des plus sincère et honnête qui m'ait été donné de rencontrer.

La rédaction : Est-ce une impression, où ce sujet donnerait-il matière à vous indigner ?

Catielle : Ce n'est pas une impression ( sourires ) . Disons que je consulte pratiquement 7j/7 et ceci jusqu'à parfois 1 à 2 heures du matin, j'y mets mon âme, mon intégrité et ma passion. Et c'est souvent très difficile moralement de devoir justifier des actes d'autrui. Notre profession est, malheureusement pour beaucoup d'entre nous qui sommes intègres, emplie de personnes peu scrupuleuses voire des charlatans. Mais nous sommes nombreux aussi à être honnêtes.

La rédaction : Pour revenir aux procédés de consultations. Vous êtes aussi présente en consultations privées ? Qu'est-ce que cela signifie ?

Catielle : Si le système audiotel est un moyen direct de me joindre, il est emprunt de quelques inconvénients. D'une part les consultations sont publiques, puisque tous ceux qui attendent leur tour sont à l'écoute et d'autre part, les 30 minutes imparties par France Télécom coupent souvent les consultations en plein milieu. Alors je suis joignable en privé, ce système étant régi par un forfait de 10 min à 15 euros, si le consultant désire aller au-delà de ces 10 minutes, la facturation se fait alors à la minute, ce qui lui permet de gérer selon son budget et les questions qu'il se pose sur l'avenir.

La rédaction : Selon vous, comment qualifieriez-vous : un bon voyant ?

Catielle : ha .. Très bonne question. Pourrions-nous parler de bon ou mauvais voyant ? Je pense qu'il y a l'honnête et le malhonnête.

Si je devais y rajouter des qualités :

L'impartialité, le fait de ne pas juger .. Nous sommes rien pour juger les actes d'autrui. L'objectivité aussi, dans le sens ou l'expérience d'autrui n'est pas obligatoirement une généralité.

L'écoute est une qualité très appréciée du consultant qui bien souvent a besoin d'être entendu et compris.

La diplomatie et la psychologie sont aussi très importantes. Savoir être franc tout en prenant des gants, c'est tout un art ( sourires ).

La rédaction : Etre franc tout en prenant des gants ? c'est-à-dire ?

Catielle : Et bien, il n'est pas rare d'entendre des voyants prédire un évènement juste pour satisfaire le consultant. Prenons l'exemple d'une rupture et la question : est-ce que l'être aimé va revenir ? Je ne dirai jamais il reviendra si je ne le vois pas revenir. Cela dit, je suis consciente des responsabilités que j'ai à cet instant sur le moral du consultant. Ainsi je n'annoncerai pas un non retour de but en blanc. J'irai chercher obligatoirement la future rencontre pour aiguiller le consultant sur un futur bonheur auquel il n'aurait pas pensé ou qu'il n'aurait espéré.

La rédaction : Bien, on arrive au termes de cette entrevue. Et si je vous annonçais qu'il vous reste 1 minute, qu'avez-vous de plus à rajouter ?

Catielle : Une minute ? Et bien je prendrais en otage cette minute pour embrasser très fort toutes les personnes qui me consultent depuis nombre d'années. Si j'ai su être un sourire, un réconfort, une oreille, un conseil dans leur chemin de vie, elles ont toutes à leur manière contribuées à mon équilibre personnel et émotionnel. Je partage des moments privilégiés avec beaucoup d'entre elles, me qualifiant d'amie ce qui rend mon métier encore plus beau, utile et merveilleux. J'ai rarement l'occasion de les remercier pour l'amitié et la confiance qu'elles me témoignent. Et combien de fois me suis-je dis que ces échanges sont emprunt d'âmour ( avec un accent circonflexe sur le A ! )... Oui 1 minute pour les embrasser et leur souhaiter tant et tant de bonheur.

J'ai dépassé la minute là non ?

La rédaction : ( sourires) Oui, mais ce fut un plaisir. Je profite à mon tour de ces derniers instants pour rappeler à nos lecteurs que l'on peut vous retrouver sur votre site Internet : voyance-catielle.com. Je vous remercie Catielle pour ce partage.

Catielle : Merci à vous.

     Nicolas Benoit

 Journaliste écrivain

Interview voyance

            

   

                                                                                                         Asteldis Copyright © 2008                       Plan du site   Infos légales    

 

Remonter en haut de la page